Filets de perche du Léman

Les filets de perche, l’incontournable de la gastronomie au bord du Léman

Si la Suisse est réputée pour son gruyère mais aussi pour ses chocolats, c’est le poisson qui est le mets incontournable au bord du Lac Léman.

 

D’ailleurs, les filets de perche du Léman ont une renommée nationale voire même internationale. Pas étonnant donc que de nombreux restaurants locaux les proposent à leur carte. Bien évidemment, ils sont déclinés à toutes les sauces et sont présentés aussi bien dans des recettes traditionnelles que dans des recettes originales.

 

Considérés comme un véritable « cadeau des eaux » par les plus fins gourmets, les filets de perche du Léman sont donc une étape gastronomique obligatoire et ce, qu’ils soient cuisinés nature, aux fines herbes, à la crème ou encore au citron.

 

Ces petits poissons sont d’ailleurs à l’origine d’une véritable rivalité entre les pêcheurs genevois et vaudois. Eh oui, aussi cocasse que cela puisse paraître, chacun est persuadé que c’est dans les eaux de son propre canton que se trouvent les meilleurs filets de perche. Pour l’heure, personne n’a pu donner raison à une partie et tort à l’autre, peut-être tout simplement parce que ce poisson est excellent quel que soit le lieu du lac où il vit.

 

--Les autres poissons du Lac Léman--

 

Les amateurs de poissons ne se régaleront toutefois pas qu’en dégustant des filets de perche dans les restaurants locaux puisque les eaux du Lac Léman n’abritent pas moins de 27 espèces parmi lesquelles la lotte, l’ablette, le brochet, la tanche, la brème ou encore le goujon.

 

Pour autant, deux poissons nobles arpentent aussi les eaux du lac suisse et, même s’ils sont plutôt rares, leur dégustation ravit tous les palais. Il s’agit de l’omble chevalier et de la féra, deux poissons de la famille des salmonidés.

 

Particulièrement raffiné, l’omble chevalier fraie entre les mois de novembre et de janvier sur les fonds de gravier situés à plus de 60 mètres de profondeur. Comme le saumon, ce poisson peut être dégusté fumé, en tartare, en rillettes, en terrine ou encore cuit au court-bouillon, grillé à la poêle ou même au barbecue.

 

La féra du Léman fraie quant à elle du début à la fin de l’hiver dans les eaux du lac. Pouvant atteindre 5 kgs pour une longueur de 50 cm, elle a une chair très délicate et pleine de saveurs lorsqu’elle est cuite à la poêle ou au four.

 

La richesse des eaux du Léman explique en tout cas pourquoi de nombreux passionnés de pêche espèrent trouver le logement idéal au bord du lac.

 

Photo credit: jan.furstenborg via Foter.com / CC BY