Bateaux du Léman

Les bateaux du Léman, une véritable institution

Chaque année, nombreux sont les touristes qui viennent au bord du Lac Léman pour admirer les huit bateaux Belle Epoque de la Compagnie Générale de Navigation (CGN). Il faut dire que ces bateaux à vapeur, assurant des trajets permettant de relier diverses villes situées au bord du Lac Léman, sont de véritables chefs d’œuvre qui séduiront aussi bien les petits que les grands.

 

Bien entendu, ces bateaux du Léman nécessitent une maintenance et un entretien tout particulier qui peut s’avérer réellement coûteux. Par conséquent, afin d’assurer la pérennité de cette flotte exceptionnelle, une association non lucrative a vu le jour en 2002. Baptisée « Association des Amis des Bateaux à Vapeur du Léman » (ABVL), elle a pour objectif de récolter des fonds pour financer la rénovation partielle ou intégrale des bateaux du Léman.

 

Depuis ses débuts, elle a obtenu quelques 30 millions de francs suisses qui ont pleinement contribué à remettre au goût du jour quelques-uns des bateaux de la flotte.

 

 

A la découverte des somptueux bateaux du Léman

 

La Compagnie Générale de Navigation peut compter sur une flotte de 8 bateaux. Si tous sont magnifiques à admirer, seulement 5 d’entre eux sont propulsés par un moteur à vapeur, les 3 autres étant désormais équipés d’un moteur diesel-électrique.

 

Voici toutefois une présentation un peu plus approfondie de ceux que l’on nomme parfois « les bateaux du Léman » :

  • La Suisse est le bateau amiral de la flotte. Lancé en 2010, il devait être le plus grand mais aussi le plus beau de tous les bateaux à vapeur d’Europe. Il a ainsi coûté quelques 586 000 francs suisses. Doté de figures de proue et de poupe sculptées et dorées mais aussi de salons particulièrement soignés, il assure les liaisons Lausanne – Chilly au printemps et à l’automne et les liaisons Lausanne – Lausanne (via Chilly ou Montreux) en été

 

  • Le Simplon a été mis en service en 1920 et il est connu pour être le plus imposant des bateaux du Léman bien que sa machine à vapeur soit similaire à celle de la Suisse

 

  • Le Montreux est le vétéran de la flotte Belle Epoque de la Compagnie Générale de Navigation. Mis en service en 1904, ce bateau fut le premier à être équipé d’une machine à vapeur télécommandée par le capitaine depuis la passerelle et ne nécessitant pas d’intervention d’un mécanicien. Il a fait l’objet d’une importante restauration entre 1998 et 2001

 

  • Le Savoie a été commandé afin d’étoffer la desserte des lieux touristiques de l’Arc Lémanique. Il dispose toutefois d’une vraie particularité avec les marqueteries très fines observables dans son salon 1ère classe. Il est principalement utilisé pour proposer des croisières gourmandes dans le Petit-Lac

 

  • Le Rhône est le dernier bateau-salon à vapeur qui fut construit en terre helvète. Il intègre une machine à vapeur unique en son genre puisqu’elle est dotée d’un mécanisme de graissage automatique sous pression

 

  • Le Vevey a été mis en service en 1907 mais sa machine à vapeur a été remplacée en 1955 par une propulsion diesel-électrique. Si le charme est moindre, il est bon de noter que ce bateau a su conserver intact son salon de 1ère classe. Une pure merveille !

 

  • L’Italie est le jumeau du Vevey. Principalement utilisé pour les soirées privées « sur appel » puisqu’il ne nécessite pas d’être gardé en chauffe, il fonctionne aujourd’hui grâce à un système de propulsion diesel-électrique ultra-moderne. Restauré en 2016, il compte parmi les bateaux les plus modernes de Suisse et se montre particulièrement respectueux de l’environnement.

 

  • L’Helvétie, troisième grand vapeur de la flotte, a été totalement désarmée en 2002 après que son système de propulsion diesel-électrique ait cessé de fonctionner. Depuis, il est amarré devant le Musée Olympique à Lausanne. Après avoir accueilli un musée ephémère, son avenir s’écrit aujourd’hui en pointillés mais une restauration complète pourrait intervenir dans les prochaines années si les fonds sont au rendez-vous

 

Pour autant, le meilleur moyen de découvrir les bateaux du Léman, c’est assurément de vous rendre sur place et de réserver une croisière auprès de la Compagnie Générale de Navigation.